Sculpteur métal

Emmanuel de Cockborne

BIOGRAPHIE

Emmanuel est tombé dans le bain de l’art dès la naissance, entouré des peintures de sa grand-mère maternelle et de son arrière-grand-mère Marie-Anne Camax-Zoegger qui fonda à Paris en 1932 la Société des Femmes Artistes Modernes.

Étudiant à Paris à l’école Olivier de Serres (ENSAAMA École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art), il touche à tous les sujets et toutes les matières: design, architecture d’intérieur, peinture, sculpture, photo... Son goût pour le végétal et les jardins le conduisent à passer le concours des écoles de paysage à Versailles et à intégrer la formation de Paysagiste-concepteur de Bordeaux (ENSAP: école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux), dont il sort diplômé en 2001.

En 2002, il fonde à Bordeaux avec Anaïs Escavi, l’Atelier du Sablier. Installé depuis 2008 en Charente, il jongle avec les sujets et les projets: dessinateur et illustrateur pour l’Atelier du Sablier, travaux de réhabilitation d’une ancienne distillerie à Châteauneuf et créations personnelles à base de métal: sculptures, mais aussi installations de structures dans les jardins.

En 2016, il rejoint l'Association le Carré Bouge, qui regroupe artistes et artisans regroupés par la dynamique du recyclage (up-cycling) des matériaux, dans un vaste atelier à Mornac mis à disposition par Calitom. Des projets plus ambitieux, comme ceux d'Angeac et de Barbezieux, peuvent alors voir le jour par cette mise en commun d'énergie et de savoir-faire.

En 2020, Emmanuel s'installe dans un nouvel atelier dans le centre de Châteauneuf, au 6, rue Alfred de Vigny. Il se consacre presque exclusivement à son activité de sculpture. Recherches personnelles, commandes privées et appels à projets publics.

EXPOSITIONS

Expositions personnelles

2019 : Galerie Marland, Angoulême (16)
2017 : Médiathèque de Champniers (16), salle Lucien Deschamps
2016 : Moulin de l’Abbaye, La Couronne (16)
2016 : Galerie de l’hôtel de Ville, Châteauneuf-sur-Charente (16)
2015 : La Fontaine, Ile d'Arz (56)
2015 : Musée des Marins et des Capitaines, Ile d'Arz (56)
2014 : Galerie de l’hôtel de Ville, Châteauneuf-sur-Charente (16)

Expositions collectives

2021 : prieuré de Marcillac-Lanville (16)
2021 : fête des jardins dans le parc du château de Lasteyrie (24)
2020 : Journées du patrimoine dans le parc des Taupiers à Touzac (16)
2018 : Centre d'art contemporain de Touzac (16), exposition Manimal
2017 : Chais Meukow, à Cognac (16)
2017 : Barbezieux (16) 2017 : Festival Echall'art (16)
2017 : Festival des Sarabandes à Rouillac (16)
2015 : Salon des artistes de l’île d’Arz (56)
2015 : Salon des artistes et artisans d’art de Champniers (16)

Commandes publiques

2020 : Arbre du Souvenir, cimetière de La Couronne (16)

2020 : La main des métiers d'art, giratoire de plaisance, Barbezieux (16), avec Boris Le Floch et Fanny Garrigue de l'Association du Carré Bouge.

2019 : Arbre du Souvenir, cimetière de L'Isle-d'Espagnac (16)

2019 : sculptures sonores, pergola et bancs, Parc des 3 Pierres, Angeac-Champagne (16), Grand Cognac, avec le Carré Bouge

2018 : Évocation de Rigault de Barbezieux, place du marché, Barbezieux (16), avec Boris Le Floch


Quelques sculptures sont visibles dans le show room du Carré bouge à Mornac (16)

L'atelier au 6, rue Alfred de Vigny à Châteauneuf-sur-Charente est visitable sur RDV (06 45 92 12 95)

contact: emmanueldecockborne[at]gmail.com

DEMARCHE ARTISTIQUE

Le choix du métal

Le métal se prête à toutes les contorsions : coupé, tordu, frappé, étiré, fondu, percé, soudé. Il passe sous le chalumeau, la torche plasma, le feu de la forge, entre le marteau et l’enclume, sous la morsure de la meuleuse.
Le métal se glane n’importe où : dans un bois, dans une friche, dans une décharge, dans les garages et les caves de tous ses amis... les morceaux collectés évoquent pour moi des lieux et des rencontres ... Le tout assemblé devient une œuvre nouvelle qui en garde la mémoire.
J'aime à jouer sur les oppositions, les contrastes, les contradictions. Alors que le métal évoque un matériau froid et brut, je tâche de le travailler tout en délicatesse. Alors que cet acier corrodé donne l’idée de la force et de la pérennité, je choisis de représenter des êtres vivants, fragiles et mortels.

Les sujets

Mes premières œuvres se sont attachées aux bestioles, aux animaux, au végétal. Réinterprétées, parfois exagérément agrandies, je cherche à provoquer chez le spectateur la curiosité, l’observation minutieuse du savant en admiration devant l’ingéniosité de la nature.
La symbiose entre les deux règnes est également mise en scène dans les sculptures Fourmi & Cacao, Carotte & Phasme, Chardon & Colibri, Morosphinx & Scabieuse... Rien n’est étanche dans la nature, je m'offre en médiateur entre la nature et le spectateur, je cherche à faire découvrir ces stratégies de survie et d’intelligence sub-verbales.
Évidemment, mes œuvres doivent beaucoup à mon premier métier de paysagiste-concepteur, qui doit révéler un site comme je cherche à révéler les qualités d'une matière. Comme le paysagiste organise un site de manière à ce que son intervention soit la plus évidente et imperceptible possible, mes branches paraissent parfois tombées de l'arbre.
Je travaille en ce moment sur des oxydations pour imiter les teintes des lichens, encore un lien entre deux règnes, celui de l'algue et du champignon...